Colombbus et le projet Colibri representé à la LIFT Conference 2009 de Marseille

Nous participons en ce moment même à la  LIFT conférence qui a lieu le 18, 19, 20 juin à Marseille. Ce rassemblement propose une réflexion autour des implications économiques et sociales des nouvelles technologies et une analyse sur les nouveaux usages des innovations.

Nous avons été invités et défrayés par le réseau Correspondants.org avec le soutien financier de l’ Organisation internationale de la francophonie, des réseaux avec lesquels nous travaillons depuis quelques temps.

Nous sommes ici pour présenter le projet Colibri et le travail de l’association Colombbus à travers le monde. C’est aussi l’occasion de présenter le Venezuela et ses problématiques urbaines et sociales.

Posté il y a 7 Années, 7 Moiss à 14 h 17 min.

Ajouter un commentaire

Présentation de Colibri à la Bibliothèque Francophone de Second Life, jeudi 11 juin

biblio_francophoneLa Bibliothèque Francophone de Second Life, qui organise de  nombreux projets et conférences sur SL, accueille le projet Colibri pour une présentation ce jeudi 11 juin 2009, dans leurs locaux virtuels.

-

Nous tenons à les remercier chaleureusement pour leur soutien et leur encouragement.

-

Pour pouvez suivre cette présentation jeudi  à 21h15 heure française / 0:15am second life time / 14h15 hora de Caracas, à cette adresse :

Bibliothèque francophone - Ebeoplex Island
http://slurl.com/secondlife/Ebeoplex/40/167/723

-

Plus d’info sur cette page : http://sldirect.blogspot.com/2009/06/rencontre-avec-le-projet-colibri-jeudi.html

-

L’affiche de la conférence :

Affiche Colibri Biblio SL

Posté il y a 7 Années, 7 Moiss à 0 h 12 min.

2 commentaires

Soutenez le projet Colibri !

Devenez partenaire du projet Colibri et aidez à la réalisation de cet outil et à sa démocratisation.

Le projet Colibri a besoin de votre aide et de votre soutien ! Vous pouvez nous soutenir de diférentes manières :

Merci de votre soutien !!!

Posté il y a 7 Années, 8 Moiss à 20 h 13 min.

Ajouter un commentaire

Visite du barrio de La Moran, le barrio pilote du projet Colibri

Ce matin, on a rendez-vous à l’avant dernière station à l’ouest de la ligne 1 du métro pour aller rencontrer la communauté du barrio de la Moran.

On attrape un bus qui nous emmène au pied du barrio. Angél, le conseiller communal du barrio nous reçoit. 

Carte Caracas pour Google Earth

Cliquez sur la carte pour situer le barrio dans GoogleMaps

Nouvelle image (1).jpg

Les tracés jaunes représentent les chemins pour accéder à l’école

On doit aller se réunir dans l’école que gère l’association civile  ”Madre Carmen Sallés” et qui héberge le centre informatique qu’a appuyé l’association Colombbus. Pour y arriver, il faut grimper 400 marches. Cette école a été crée en 70 puis abandonnée car la zone avait été déclarée comme non habitable. Les personnes ont été déménagées dans un autre quartier puis sont finalement revenues quand de nouveaux arrivants ont commencé à récupérer le terrain…Ils ont alors dû racheter l’espace àces derniers pour revenir dans leur quartier !

Je demande à Angél comment l’école est apparue :

“Si personne dans la communauté n’avait demandé , il n’y en aurait jamais eu une”. 

D’ailleurs, c’est la communauté qui s’est organisée par elle-même pour réussir à refaire les escaliers qui servent à grimper dans le barrio. Elle a monté le projet et réussi à trouver des financements.

On rencontre la personne en charge du centre informatique, Jose, qui travaille ici pour maintenir le matériel informatique et donner des formations.

Nouvelle image.jpgModulo de censos.jpg 

Il nous explique qu’il y a un peu plus d’un an, Jose et Angel ont crée une base de données permettant de recenser la population du quartier. Cela est venu de leur propre initiative, et c’est la seule commaunté que nous avons rencontré qui s’est doté d’une base de donnée informatique.

Cette dernière leur permet de sortir des factures ou des justificatifs de logement, qui sont par exemple indispensables pour aller ouvrir un compte en banque. Ils peuvent aussi créer les listes électorales pour les élections des conseillers communaux ou sortir des informations sociaux- économiques sur leur quartier. 

Si l’on s’intéresse autant au barrio de La Moran, c’est justement parcequ’ils ont compris l’interêt de l’utilisation des technologies pour leur recensement et ont tenté eux-même de développer leur outil. La valeur ajoutée du module “recensement” du projet Colibri par rapport à leur outil, c’est l’utilisation des technologies web pour permettre un accès à la base de donnée depuis Internet ou en Intranet. Le but est de faire participer les habitants de la communauté pour remplir automatiquement leurs informations. 

Il est temps de redescendre du barrio. On se rend compte dans la descente des principaux problèmes de ces quartiers :

  • L’eau propre coule, les fuites sont partout, des coudes dans les tuberies viennent réduire la pression du réseau d’eau…..
  • Les déchets sont jetés partout où il y a de l’espace ( l’espace vert aussi…). En effet, la seule solution actuellement de ramassage des déchets, c’est de descendre les 400 marches avec.
  • Le déplacement et le transport de marchandises est très complexe. Pour le moment, les plus costauds sont payés pour monter des sacs de marchandises sur leur dos… 

Dans le barrio, quelques tentatives d’aide au développement de la part des pouvoirs publics sont visibles : 

  •  Barrio adentro, qui sont des petits cabinets médicaux en plein coeur des  barrios.  Il est apparemment bien actif puisque l’on croise dans notre descente une jeune femme qui y monte avec son enfant malade.
  •  Mercal, des commerces de proximité qui fournissent des produits subventionnés ou au prix contrôlé par le gouvernement.
  • Mision Alimentacion : Des personnes salariées cuisinent pour distribuer gratuitement des repas à certaines personnes dans le quartier.
  • Casa contra barrio : Un programme de la mairie Libertador qui permet de reconstruire sa maison avec une architecture plus solide (On aura vu que deux maisons dans le barrio ayant profité de ce programme)

Tout ça me donne envie de poser une question à une collègue qui connait bien ces quartiers depuis des années :

- Tu as vu les choses avancer depuis quelques temps ? 
“Oui et non, les gens continuent à attendre que tout leur arrive dans les bras”

Bref, pousser à la participation est semble-t-il indispensable pour changer l’ attentisme des habitants d’un quartier. De notre coté, on est bien pressé de pouvoir mettre toutes ces informations dans un système SIG afin de vous montrer la composition socio culturelle de ces quartiers. En attendant, voici la carte vectorielle du barrio de La Moran sur laquelle avait travaillé le groupe précedant notre arrivée.

Nouvelle image (1).jpg

C’est cet outil qu’il va falloir que l’on continue à développer pour créer le module de cartogaphie qui fera partie du  projet Colibri.

Posté il y a 7 Années, 8 Moiss à 5 h 57 min.

Ajouter un commentaire

Reflexion sur les technologies à utiliser

Aujourd’hui, on prend rendez vous avec Rodolfo, l’informaticien de  Softclear qui a travaillé sur le projet l’année passé. Il va aussi nous aider cette année pour nous conseiller. Il fait cela volontairement, dans le cadre du travail social de son entreprise.

Avec la veille que nous avons fait, nous pensons qu’il serait intéressant d’adapter différents outils déjà développés dans le libre pour mettre en place la plateforme. Cela veut dire que l’on abandonnerait une partie du travail de la plateforme de 2008. Etant donné les problèmes  que possède le code  de la précedante version, Rodolfo nous conseille de faire ce choix.

 - On utilisera Limesurvey pour le module de recensement et probablement aussi pour l’authentification des utilisateurs. On abandonne la partie réalisée par les étudiants qui possède un code trop ”spaghetti” (Tout le code sur une même page, de manière désorganisée) et très loin des possibilités de cet outil de réalisation de questionnaires.

-  Il subsiste un doute sur la partie  SIG. De très nombreux choix s’offrent à nous. Soit conserver le travail réalisé par les étudiants en conservant l’outil  Mapserveur, mais il faudra néanmoins modifier l’interface graphique pour utiliser une interface plus avancée, du type  Fusion ou  Cartoweb.  Ou alors utiliser un autre serveur de cartographie,  Mapguide, un outil libre complet, qui est très en vogue actuellement. 

Je viens de faire une petite recherche sur l’utilisation de SIG participatifs. Si le sujet vous intéresse, allez faire un tour sur ces deux articles :

http://ictupdate.cta.int/fr/Regulars/Q-R/Questions-Reponses-SIG-traditionnels-et-participatifs : Un article rapide qui montre l’intêrét de l’utilisation d’un SIG participatif

http://www.iapad.org/publications/ppgis/ICT-05-27-fr-DEF.pdf  : Dans ce document, on se rencontre de l’importance de la formation et du suivi dans le type de projet que nous voulons mettre en place. 

Posté il y a 7 Années, 9 Moiss à 23 h 07 min.

Ajouter un commentaire

Première journée de travail : Débroussaillage du projet Colibri

logo colombbusC’est notre première vraie journée de travail à icon_max_diag Colombbus. On avait commencé à rencontrer des étudiants il y a deux semaines et à prendre en main l’existant, mais la icon_max_diag semaine sainte au Venezuela, où une grande partie du pays est en congés, nous a forcé à repousser le vrai démarrage du projet à la semaine suivante.

C’est donc le lundi 13 avril que nous avons pour la première fois débarqué dans les bureaux de l’association Colombbus afin d’y passer la journée.

Nous voilà donc au travail et tout commence par l’analyse de l’existant et la prise en main de toutes les informations, les contacts, et les travaux déjà réalisés sur le sujet. C’est un travail qui nécessitera sans doute une ou deux semaines…

Nos objectifs pour aujourd’hui sont la création de ce blog, la recherche de tous les SIG libres existants ainsi que l’installation de la plateforme Colibri, développée en 2008 par des étudiants de l’ icon_max_diag USB (Université Simon Bolivar) et de l’ icon_max_diag UCAB (Universidad Católica Andrés Bello). En une journée de travail, on dépoussière une partie de la technique du projet de l’année passée. En faisant un peu de veille, on se rencontre qu’il existe une panoplie d’outils libres qui ont bien évolués et qui permettront de rapidement faire avancer la  technique du projet Colibri.

En fin de journée, je reçois un message d’Anaïs, une architecte française rencontrée la semaine dernière. Elle m’annonce que nous pourrons participer au icon_max_diag CCSWorkshop 2009 qui aura lieu à l’ icon_max_diag Université Centrale du Venezuela (UCV) autour de la problèmatique de l’urbanisme dans les quartiers autoproduits (favellas, barrios) des pays en voie de développement. Ce travail va regrouper des professionnels de l’urbanisme (architectes, professeurs…Etc) de plusieurs pays et plusieurs universités

Au programme de deux semaines du icon_max_diag CCSWorkshop2009, visite des barrios, conférence de professionnels de l’urbanisme, travail avec les étudiants en architecture…etc. De quoi nous plonger dans une des problèmatiques les plus inquiétantes (et interessantes!) de ce début de 21éme siècle, et réussir à bien positionner le  projet Colibri

Posté il y a 7 Années, 9 Moiss à 0 h 52 min.

Ajouter un commentaire

Les débuts du projet Colibri

vol-du-colibri_2Le projet Colibri !

En France, on vous avait vaguement parlé d’un projet autour du développement, un truc pour aider les
 barrios, bénévole, dans des quartiers dangereux..…etc… Bref, rien de rassurant !

On avoue, à l’époque, on avait un mal fou à expliquer notre affaire. Pourtant, on était certain de l’  avenir d’un tel outil. Sylvain et moi-même étions persuadés que nous avions un rôle à jouer et un coup de pouce à donner à ce bébé oiseau, crée par l’ icon_max_diag association Colombbus il y a deux ans, et qui ne butinait plus - faute de fond et de responsable projet.

Petit à petit les choses ont avancées et le projet s’est précisé. On a alors commencé à voir les choses se dessiner et chaque jour de travail nous a réservé ses surprises. L’idée du blog vient de là, proposer à tous le suivi d’un projet libre et ouvert où chaque acteur pourra y expliquer ses doutes, ses erreurs, ses rencontres, ses avancées ou ses espoirs. 

Posté il y a 7 Années, 9 Moiss à 1 h 31 min.

Ajouter un commentaire