Mise au point avec l’équipe de travail à La Moran.

Quelques jours avant notre départ pour la France en direction de la  Lift Conference 2009 à Marseille, nous avons réuni l’ensemble des personnes au Venezuela qui travaillent avec nous sur le projet Colibri. Il s’agissait de réfléchir aux solutions techniques par rapport aux besoins en fonctionnalités émis par la communauté et de réflechir sur la méthode à entreprendre pour travailler en équipe. Le but était de faire participer tous les acteurs pour donner des réponses à nos propositions ou interrogations.

Etaient réunis avec nous Andres le géographe, Alexis l’ingénieur informatique, Luisa la responsable de Colombbus Venezuela, Adriana l’étudiante de l’USB, Angel le conseiller élu du quartier et Jose l’enseignant du centre informatique. Quelques personnes de la communauté ont aussi participé.

L'équipe réunie autour du projet

Voici la présentation utilisée comme support durant la rencontre à La Moran :

De nombreux commentaire ont été notés durant cette réunion qui permettront de mettre à jour les spécificités de l’outil à développer.

Voici ci-dessous un ensemble de photos réalisées durant cette rencontre :

Posté il y a 8 Années, 5 Moiss à 16 h 17 min.

1 commentaire

Visite du barrio de La Moran, le barrio pilote du projet Colibri

Ce matin, on a rendez-vous à l’avant dernière station à l’ouest de la ligne 1 du métro pour aller rencontrer la communauté du barrio de la Moran.

On attrape un bus qui nous emmène au pied du barrio. Angél, le conseiller communal du barrio nous reçoit. 

Carte Caracas pour Google Earth

Cliquez sur la carte pour situer le barrio dans GoogleMaps

Nouvelle image (1).jpg

Les tracés jaunes représentent les chemins pour accéder à l’école

On doit aller se réunir dans l’école que gère l’association civile  ”Madre Carmen Sallés” et qui héberge le centre informatique qu’a appuyé l’association Colombbus. Pour y arriver, il faut grimper 400 marches. Cette école a été crée en 70 puis abandonnée car la zone avait été déclarée comme non habitable. Les personnes ont été déménagées dans un autre quartier puis sont finalement revenues quand de nouveaux arrivants ont commencé à récupérer le terrain…Ils ont alors dû racheter l’espace àces derniers pour revenir dans leur quartier !

Je demande à Angél comment l’école est apparue :

“Si personne dans la communauté n’avait demandé , il n’y en aurait jamais eu une”. 

D’ailleurs, c’est la communauté qui s’est organisée par elle-même pour réussir à refaire les escaliers qui servent à grimper dans le barrio. Elle a monté le projet et réussi à trouver des financements.

On rencontre la personne en charge du centre informatique, Jose, qui travaille ici pour maintenir le matériel informatique et donner des formations.

Nouvelle image.jpgModulo de censos.jpg 

Il nous explique qu’il y a un peu plus d’un an, Jose et Angel ont crée une base de données permettant de recenser la population du quartier. Cela est venu de leur propre initiative, et c’est la seule commaunté que nous avons rencontré qui s’est doté d’une base de donnée informatique.

Cette dernière leur permet de sortir des factures ou des justificatifs de logement, qui sont par exemple indispensables pour aller ouvrir un compte en banque. Ils peuvent aussi créer les listes électorales pour les élections des conseillers communaux ou sortir des informations sociaux- économiques sur leur quartier. 

Si l’on s’intéresse autant au barrio de La Moran, c’est justement parcequ’ils ont compris l’interêt de l’utilisation des technologies pour leur recensement et ont tenté eux-même de développer leur outil. La valeur ajoutée du module “recensement” du projet Colibri par rapport à leur outil, c’est l’utilisation des technologies web pour permettre un accès à la base de donnée depuis Internet ou en Intranet. Le but est de faire participer les habitants de la communauté pour remplir automatiquement leurs informations. 

Il est temps de redescendre du barrio. On se rend compte dans la descente des principaux problèmes de ces quartiers :

  • L’eau propre coule, les fuites sont partout, des coudes dans les tuberies viennent réduire la pression du réseau d’eau…..
  • Les déchets sont jetés partout où il y a de l’espace ( l’espace vert aussi…). En effet, la seule solution actuellement de ramassage des déchets, c’est de descendre les 400 marches avec.
  • Le déplacement et le transport de marchandises est très complexe. Pour le moment, les plus costauds sont payés pour monter des sacs de marchandises sur leur dos… 

Dans le barrio, quelques tentatives d’aide au développement de la part des pouvoirs publics sont visibles : 

  •  Barrio adentro, qui sont des petits cabinets médicaux en plein coeur des  barrios.  Il est apparemment bien actif puisque l’on croise dans notre descente une jeune femme qui y monte avec son enfant malade.
  •  Mercal, des commerces de proximité qui fournissent des produits subventionnés ou au prix contrôlé par le gouvernement.
  • Mision Alimentacion : Des personnes salariées cuisinent pour distribuer gratuitement des repas à certaines personnes dans le quartier.
  • Casa contra barrio : Un programme de la mairie Libertador qui permet de reconstruire sa maison avec une architecture plus solide (On aura vu que deux maisons dans le barrio ayant profité de ce programme)

Tout ça me donne envie de poser une question à une collègue qui connait bien ces quartiers depuis des années :

- Tu as vu les choses avancer depuis quelques temps ? 
“Oui et non, les gens continuent à attendre que tout leur arrive dans les bras”

Bref, pousser à la participation est semble-t-il indispensable pour changer l’ attentisme des habitants d’un quartier. De notre coté, on est bien pressé de pouvoir mettre toutes ces informations dans un système SIG afin de vous montrer la composition socio culturelle de ces quartiers. En attendant, voici la carte vectorielle du barrio de La Moran sur laquelle avait travaillé le groupe précedant notre arrivée.

Nouvelle image (1).jpg

C’est cet outil qu’il va falloir que l’on continue à développer pour créer le module de cartogaphie qui fera partie du  projet Colibri.

Posté il y a 8 Années, 6 Moiss à 5 h 57 min.

Ajouter un commentaire