Catégories >> Développement du Projet Colibri

Avancement et actualités du projet Colibri.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec Sylvain à l’association Colombbus à Paris. Le but : Définir avec Benoit, le responsable de Colombbus, les spécifications fonctionnelles et réaliser une petite vidéo du prototype.

Voici les dernières nouvelles du projet :

Au mois d’août, une émission sur RFI a permis de faire parler de Colibri. Vous pouvez écouter l’enregistrement ici et la page de l’émission avec la version intégrale ici

Dernièrement, Alban, qui fait un tour du monde des initiatives d’entrepreneuriat social, a réalisé un  article sur le barrio de La Moran et le projet Colibri qui s’y déroule. Leur projet est passionnant, n’hésitez pas à suivre leurs actualités pour découvrir comment des entrepreneurs tentent de régler des problèmes sociaux de part le monde.

On a toujours besoin de bonnes volontés pour avancer sur le projet Colibri, à tous niveaux. N’hésitez pas à vous associer à ce projet.

Posté il y a 7 Années, 8 Moiss à 12 h 45 min.

Ajouter un commentaire

Colombbus et le projet Colibri representé à la LIFT Conference 2009 de Marseille

Nous participons en ce moment même à la  LIFT conférence qui a lieu le 18, 19, 20 juin à Marseille. Ce rassemblement propose une réflexion autour des implications économiques et sociales des nouvelles technologies et une analyse sur les nouveaux usages des innovations.

Nous avons été invités et défrayés par le réseau Correspondants.org avec le soutien financier de l’ Organisation internationale de la francophonie, des réseaux avec lesquels nous travaillons depuis quelques temps.

Nous sommes ici pour présenter le projet Colibri et le travail de l’association Colombbus à travers le monde. C’est aussi l’occasion de présenter le Venezuela et ses problématiques urbaines et sociales.

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 14 h 17 min.

Ajouter un commentaire

Mise au point avec l’équipe de travail à La Moran.

Quelques jours avant notre départ pour la France en direction de la  Lift Conference 2009 à Marseille, nous avons réuni l’ensemble des personnes au Venezuela qui travaillent avec nous sur le projet Colibri. Il s’agissait de réfléchir aux solutions techniques par rapport aux besoins en fonctionnalités émis par la communauté et de réflechir sur la méthode à entreprendre pour travailler en équipe. Le but était de faire participer tous les acteurs pour donner des réponses à nos propositions ou interrogations.

Etaient réunis avec nous Andres le géographe, Alexis l’ingénieur informatique, Luisa la responsable de Colombbus Venezuela, Adriana l’étudiante de l’USB, Angel le conseiller élu du quartier et Jose l’enseignant du centre informatique. Quelques personnes de la communauté ont aussi participé.

L'équipe réunie autour du projet

Voici la présentation utilisée comme support durant la rencontre à La Moran :

De nombreux commentaire ont été notés durant cette réunion qui permettront de mettre à jour les spécificités de l’outil à développer.

Voici ci-dessous un ensemble de photos réalisées durant cette rencontre :

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 16 h 17 min.

1 commentaire

Coopération avec des professionnels du pays

Nous avons eu dernièrement une réunion avec Andres, le géographe qui travaille au cartographie Ministère de l’éducation supérieur à Caracas. Plusieurs ingénieurs en informatique Cubains et Vénézueliens étaient aussi avec nous pour échanger sur les outils à utiliser pour développer Colibri. Cette équipe travaille actuellement sur un tableau de bord qui permet d’afficher des statistiques sur les programmes de formation réalisées dans l’état Vénézuelien. L’information est traitée à travers des tableaux croisées, des graphiques et au moyen d’un système d’information géographique. Le tout en WEB, et accessible en ligne depuis internet. C’est outil doit aider à la prise de décision, en permettant par exemple d’afficher sur un graphique et sur une carte le nombre d’étudiants par état inscrit au programme. On se rapproche donc fortement de certaines fonctionnalités de notre outil !

Diapositive1.JPGDiapositive2.JPGDiapositive3.JPGDiapositive4.JPG

Nous leur avons fait une présentation de différents tests logiciels sur lesquels nous sommes en train de travailler. On a pu montrer à l’équipe la manière avec laquelle un système d’information géographique WEB pouvait réveler l’information.

Au final de 4 heures de partage autour de ces technologies, nous sommes ressortis avec de nombreuses informations et des idées ainsi que la certitude d’avoir lié un contact fort avec des professionnels qui travaillent sur les mêmes problématiques. L’avantage, c’est qu’ils ont commencé par réfléchir sur les outils d’analyses de statistiques via des tableaux et des graphiques quand de notre coté nous étions en réflexion sur les outils SIG. Le partage a donc été très positif pour les deux parties.

Cet esprit de coopération directe aura été productif. En effet, une semaine plus tard, deux ingénieurs se sont mis à notre disposition pour nous aider dans le développement de Colibri. Une aubaine quand on sait qu’ils ont déjà utilisé certaines technologies que l’on veut mettre en place avec Colibri.

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 1 h 37 min.

Ajouter un commentaire

Merci à la Biblio pour cette présentation virtuelle de Colibri, réellement interessante

Nous tenons à remercier toute l’équipe de la Bibliothèque Francophone de Second Life, pour l’organisation de la présentation du projet Colibri.

Voici quelques photos de l’évenement :

La salle de conférence de la Bibliothèque francophone, dans laquelle nous avons fait notre présentation de Colibri

La salle de conférence de la Bibliothèque francophone, dans laquelle nous avons fait notre présentation de Colibri

Simons Barcelos et Slyan Aabye (Simon et Sylvain) à côté de l'écran géant.

Simons et Slyan Aabye (Simon et Sylvain) à côté de l’écran géant.

La série de questions qui à suivi la présentation : beaucoup de questions très interessantes !!

La série de questions qui à suivi la présentation : beaucoup de questions très interessantes !!

Voici les photos de Betty Renoir de la Biblio :

Encore merci à tous…

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 1 h 05 min.

Ajouter un commentaire

Présentation de Colibri à la Bibliothèque Francophone de Second Life, jeudi 11 juin

biblio_francophoneLa Bibliothèque Francophone de Second Life, qui organise de  nombreux projets et conférences sur SL, accueille le projet Colibri pour une présentation ce jeudi 11 juin 2009, dans leurs locaux virtuels.

-

Nous tenons à les remercier chaleureusement pour leur soutien et leur encouragement.

-

Pour pouvez suivre cette présentation jeudi  à 21h15 heure française / 0:15am second life time / 14h15 hora de Caracas, à cette adresse :

Bibliothèque francophone - Ebeoplex Island
http://slurl.com/secondlife/Ebeoplex/40/167/723

-

Plus d’info sur cette page : http://sldirect.blogspot.com/2009/06/rencontre-avec-le-projet-colibri-jeudi.html

-

L’affiche de la conférence :

Affiche Colibri Biblio SL

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 0 h 12 min.

2 commentaires

Définir les spécifications techniques du projet Colibri

Projet.jpg

Définir les spécifications techniques , c’est à dire l’ensemble des technologies  utilisées pour développer cette plateforme nécessite deux choses :  Un travail de veille technique et scientifique impressionant et l’écoute du besoin des communautés des barrios.

Cette étude permettra à terme de réaliser le cahier des charges du projet Colibri.

Voici donc quelques premières spécifications techniques. Tout d’abord, trois premières conditions doivent être respectées :

-  Cet outil doit pouvoir être utilisé,  étudié, modifié, dupliqué et diffusé librement. Nous allons donc développer une plateforme à partir de logiciels libres que nous pourrrons adapter et diffuser autant que possible.
- On doit pouvoir l’utiliser à la fois sur les systèmes d’exploitation Linux et sur Windows.
- L’outil doit fonctionner sur tous les principaux navigateurs et donc être au format Web et respecter les standards.

Au niveau du client (la communuauté du barrio), le logiciel Colibri doit être le plus simple possible, c’est à dire que son utilisation doit être très facile pour des personnes ayant rarement utilisé l’informatique.

Viennent aussi des considérations ergonomiques. Le projet doit être développé pour que les communautés se l’approprient. L’aspect visuel est donc essentiel et il faudra pouvoir facilement le modifier selon les lieux où il sera développé.

On pourrait ajouter qu’il faut prendre en compte les considérations à long terme… Et là, on complexifie chaque choix technique !
Par exemple, il est certain que les personnes dans les communautés auront chez eux un téléphone avec navigateur intégré bien avant d’avoir un PC portable. Cette plateforme devra alors être lisible sur des navigateurs de taille réduite. D’où l’importance de travailler avec des technologies très dynamiques au niveau de leur développement et qui possèdent une communauté d’utilisateurs importante et capable de faire évoluer leur outil.
Ensuite, le développement de l’outil risque de se faire dans plusieurs langues, et avec des développeurs qui devront comprendre facilement le code pour pouvoir le mettre à jour ou l’adapter selon les communautés.

Bref, des choix globaux mais complexes et qui nécessitent beaucoup de veille technique et de réflexion avec la communuauté…

Et puis, il y aura à faire des choix techniques plus spécifiques à chaque module, comme par exemple, quelle technologie utiliser pour afficher la carte ?… Bref, la définition des spécifications techniques d’un projet comme celui de Colibri n’est pas chose simple…

Pour autant, nous aimerions rapidement réussir à réaliser le cahier des charges du projet !

Posté il y a 8 Années, 2 Moiss à 17 h 50 min.

Ajouter un commentaire

Soutenez le projet Colibri !

Devenez partenaire du projet Colibri et aidez à la réalisation de cet outil et à sa démocratisation.

Le projet Colibri a besoin de votre aide et de votre soutien ! Vous pouvez nous soutenir de diférentes manières :

Merci de votre soutien !!!

Posté il y a 8 Années, 2 Moiss à 20 h 13 min.

Ajouter un commentaire

Barrio Julián Blanco à Petare Norte : les risques architecturaux dans les invasiones

Nous avons fait la rencontre de icon_max_diag Samuel au workshop, un français architecte et ingénieur, qui a vécu plus d’un an à Caracas dans les hauteurs de cartographie Petare Norte, dans le cartographie Barrios Julián Blancos. Pour quelques semaines au Venezuela - afin de participer entre autre au icon_max_diag CSS Workshop 2009 - il nous a emmené dans son ancien quartier.

Barrio Petare Julian Blanco

La visite a eu lieu sous angle de l’architecture et des risques liés au caractère autoproduit ou informel des Barrios. Ces risques architecturaux, au-delà de la violence,  sont les suivants :

- Risque sismique : Caracas est situé sur une faille géologique, comme le témoigne l’actualité de ces derniers jours : icon_max_diag Un terremoto de 5,5 sacude la ciudad de Caracas (4 mai 2009).

2009-04_Venez_Trinidad_Barrios 936.jpg

- Risque géologique : certains terrains de construction informelle présentent des risques important de glissements de terrain, notamment dus aux fortes pluies dans la région.

2009-04_Venez_Trinidad_Barrios 977.jpg

- Risque architectural : Les fondations des maisons ne sont pas assez profondes et bien conçues et les murs de soubassement souvent absents. Cela peut conduire a un effondrement des maisons.

2009-04_Venez_Trinidad_Barrios 1006.jpg

Comme on peut le voir sur cette photo, les constructions s’empillent au fils du temps sans que les fondations puissent les supporter

- Planification : En raison de la pression foncière, l’espace dans les zones d’invasion est rentabilisé au maximum. L’extension et la densification se fait horizontalement (les « casas » se  juxtaposent de plus en plus et l’espace public se raréfie) et verticalement (les constructions  se dotent de nouveau étage, sans que cela ait été planifié à l’avance).

Etc…

Posté il y a 8 Années, 2 Moiss à 0 h 36 min.

Ajouter un commentaire

Visite du barrio de La Moran, le barrio pilote du projet Colibri

Ce matin, on a rendez-vous à l’avant dernière station à l’ouest de la ligne 1 du métro pour aller rencontrer la communauté du barrio de la Moran.

On attrape un bus qui nous emmène au pied du barrio. Angél, le conseiller communal du barrio nous reçoit. 

Carte Caracas pour Google Earth

Cliquez sur la carte pour situer le barrio dans GoogleMaps

Nouvelle image (1).jpg

Les tracés jaunes représentent les chemins pour accéder à l’école

On doit aller se réunir dans l’école que gère l’association civile  ”Madre Carmen Sallés” et qui héberge le centre informatique qu’a appuyé l’association Colombbus. Pour y arriver, il faut grimper 400 marches. Cette école a été crée en 70 puis abandonnée car la zone avait été déclarée comme non habitable. Les personnes ont été déménagées dans un autre quartier puis sont finalement revenues quand de nouveaux arrivants ont commencé à récupérer le terrain…Ils ont alors dû racheter l’espace àces derniers pour revenir dans leur quartier !

Je demande à Angél comment l’école est apparue :

“Si personne dans la communauté n’avait demandé , il n’y en aurait jamais eu une”. 

D’ailleurs, c’est la communauté qui s’est organisée par elle-même pour réussir à refaire les escaliers qui servent à grimper dans le barrio. Elle a monté le projet et réussi à trouver des financements.

On rencontre la personne en charge du centre informatique, Jose, qui travaille ici pour maintenir le matériel informatique et donner des formations.

Nouvelle image.jpgModulo de censos.jpg 

Il nous explique qu’il y a un peu plus d’un an, Jose et Angel ont crée une base de données permettant de recenser la population du quartier. Cela est venu de leur propre initiative, et c’est la seule commaunté que nous avons rencontré qui s’est doté d’une base de donnée informatique.

Cette dernière leur permet de sortir des factures ou des justificatifs de logement, qui sont par exemple indispensables pour aller ouvrir un compte en banque. Ils peuvent aussi créer les listes électorales pour les élections des conseillers communaux ou sortir des informations sociaux- économiques sur leur quartier. 

Si l’on s’intéresse autant au barrio de La Moran, c’est justement parcequ’ils ont compris l’interêt de l’utilisation des technologies pour leur recensement et ont tenté eux-même de développer leur outil. La valeur ajoutée du module “recensement” du projet Colibri par rapport à leur outil, c’est l’utilisation des technologies web pour permettre un accès à la base de donnée depuis Internet ou en Intranet. Le but est de faire participer les habitants de la communauté pour remplir automatiquement leurs informations. 

Il est temps de redescendre du barrio. On se rend compte dans la descente des principaux problèmes de ces quartiers :

  • L’eau propre coule, les fuites sont partout, des coudes dans les tuberies viennent réduire la pression du réseau d’eau…..
  • Les déchets sont jetés partout où il y a de l’espace ( l’espace vert aussi…). En effet, la seule solution actuellement de ramassage des déchets, c’est de descendre les 400 marches avec.
  • Le déplacement et le transport de marchandises est très complexe. Pour le moment, les plus costauds sont payés pour monter des sacs de marchandises sur leur dos… 

Dans le barrio, quelques tentatives d’aide au développement de la part des pouvoirs publics sont visibles : 

  •  Barrio adentro, qui sont des petits cabinets médicaux en plein coeur des  barrios.  Il est apparemment bien actif puisque l’on croise dans notre descente une jeune femme qui y monte avec son enfant malade.
  •  Mercal, des commerces de proximité qui fournissent des produits subventionnés ou au prix contrôlé par le gouvernement.
  • Mision Alimentacion : Des personnes salariées cuisinent pour distribuer gratuitement des repas à certaines personnes dans le quartier.
  • Casa contra barrio : Un programme de la mairie Libertador qui permet de reconstruire sa maison avec une architecture plus solide (On aura vu que deux maisons dans le barrio ayant profité de ce programme)

Tout ça me donne envie de poser une question à une collègue qui connait bien ces quartiers depuis des années :

- Tu as vu les choses avancer depuis quelques temps ? 
“Oui et non, les gens continuent à attendre que tout leur arrive dans les bras”

Bref, pousser à la participation est semble-t-il indispensable pour changer l’ attentisme des habitants d’un quartier. De notre coté, on est bien pressé de pouvoir mettre toutes ces informations dans un système SIG afin de vous montrer la composition socio culturelle de ces quartiers. En attendant, voici la carte vectorielle du barrio de La Moran sur laquelle avait travaillé le groupe précedant notre arrivée.

Nouvelle image (1).jpg

C’est cet outil qu’il va falloir que l’on continue à développer pour créer le module de cartogaphie qui fera partie du  projet Colibri.

Posté il y a 8 Années, 2 Moiss à 5 h 57 min.

Ajouter un commentaire